L’approche phénoménologique en sophrologie

La phénoménologie est un courant philosophique qui fait son apparition au 18ème siècle avec le philosophe allemand Georg Wilhelm Friedrich Hegel à travers son oeuvre « La phénoménologie de l’esprit ».

La phénoménologie est le fondement de la sophrologie. Alfonso Caycedo vit l’expérience phénoménologique avec Ludwig Binswanger en Suisse. Il va adapter cette méthodologie pour étudier la conscience humaine en utilisant des attitudes sophrologiques telles que la « suspension du jugement » ou « épokhè », qui consiste à laisser venir les phénomènes qui apparaissent durant la séance sans les juger, les comparer ou les interpréter.
Le phénomène est l’objet d’étude de la phénoménologie. C’est l’expérience vécue par la personne dans le moment présent, sans apriori ni références au passé ou au futur. Le phénomène est donc définit par tout ce qui apparait spontanément à notre conscience dans l’instant présent, en vécu de notre corps, de nos émotions ou en évocations-réflexions.

C’est dans cet état d’esprit que la sophrologie et ses différentes méthodes nous amènent à une rencontre phénoménologique avec notre monde intérieur et notre monde extérieur. Il s’agit d’une rencontre, d’une découverte des sensations, pensées, images, émotions, comportements, et valeurs qui le composent, à travers de nouveaux phénomènes plus sereins et positifs. Nous laissons venir à notre conscience ce qui se présente sans jugements ni interprétations ni croyances et nous en redécouvrons le sens profond.
Cet accueil particulier des phénomènes sous-entend qu’il doit y avoir un engagement de toute la personne et que nous y mettions de l’intention. Nous appelons cela « l’intentionnalité ». Il s’agit selon Husserl de « l’attitude de la conscience tendue vers l’être ».

La sophrologie a apporté à la phénoménologie des méthodes capables d’induire des phénomènes et de pouvoir les répéter et les vivre afin que la conscience s’éveille et s’anime à l’apparition de ceux-ci. Grâce à la compréhension de nos propres perceptions, nous apprenons à mieux nous connaître, c’est le début du chemin vers la connaissance du monde.

 

<- retour